On le sait depuis maintenant plusieurs décennies, la maladie d’Alzheimer est un véritable poison, non seulement pour la personne qui la contracte, mais aussi pour son proche entourage.

En effet, quoi de plus démoralisant que de voir une personne que l’on aime perdre partiellement, voir totalement, le contrôle de son esprit…

Pour pallier à ce stade dramatique de la maladie, il existe un certain nombre de solutions à envisager.

Et le principe de la méditation pourrait bien être une solution préventive.

Qu’est-ce que la méditation ?

La méditation repose sur les bases d’une pratique mentale. Cela décrit principalement le fait de concentrer son for intérieur sur une idée ou un objet. La méditation fait appel à beaucoup de nos sens tels que nos émotions et notre esprit intellectuel. La respiration, qui doit être lente et continue, est elle aussi très importante. Lorsqu’on entre en phase de méditation, avec l’aide de positions empruntées au Yoga, on accède alors à un niveau de pensée intense qui nous conduit sans effort à un degré de spiritualité peu commun.

La pratique de la méditation tire ses origines de l’Inde ancestrale. Très pratiquée par les bouddhistes depuis des millénaires, elle est aujourd’hui en pleine expansion dans les pays occidentaux, rongés par le stress et par une vie quotidienne où le temps est malheureusement devenu signe d’argent. Elle ne s’apparente aucunement à une croyance ou une religion, et encore moins à une secte. La méditation peut se pratiquer seule ou en groupe, mais elle reste un effort solitaire qui permet de se retrouver face à soi-même, sans aucun artifice.

La principale condition pour réaliser une méditation adéquate est de s’assurer d’un silence absolu durant la séance. Aujourd’hui, bon nombre de médecins spécialisés préconisent à leurs patients des séances de Yoga ou de méditation comme alternative naturelle à un traitement. Et les patients atteints d’Alzheimer sont invités eux aussi à pratiquer ces « exercices » qui empêchent l’esprit de s’atténuer pour s’endormir peu à peu.

Comment la méditation peut-elle aider un malade d’Alzheimer ?

On le sait tous, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut réagir de différentes façons au cours d’une journée.

Ces sautes d’humeur fort déplaisantes pour celui ou celle qui entoure le malade peuvent, dans beaucoup de cas, devenir d’une rare violence. Physique et verbale.

Puisque la méditation est synonyme de détente et de relaxation, on comprendra aisément que des spécialistes du domaine médical amènent des sujets atteints d’Alzheimer vers cette pratique qui, en plus de les détendre, va les amener à faire travailler leur imaginaire. Ce qui ne pourra qu’être bénéfique envers leur mémoire mise à mal par la maladie, et leur cerveau, qui lui aussi a besoin d’un « travail » physique permanent.

Ainsi, grâce à la méditation, la personne met fin à ses luttes internes, ses colères s’apaisent et elle peut retrouver une certaine sérénité. Rassuré sur ses compétences intellectuelles, le patient reprend confiance en lui. Il retrouve un besoin de pratique ludique aussi importante que le fait de dessiner ou de lire un livre. Face à lui-même, il retrouve aussi un élément crucial qui lui faisait défaut depuis l’apparition des premiers signes de la maladie : sa patience.

Autour de la méditation

Ces pratiques de méditations ont été approuvées par une équipe de chercheurs de l’INSERM, il y a déjà quelques années.

La méditation, selon les chercheurs, peut aider à soulager le stress chronique, dont on a constaté qu’il avait un impact négatif sur le cerveau et augmentait la probabilité de développer la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, la méditation pourrait augmenter le flux sanguin dans le cerveau et améliorer la mémoire, selon des chercheurs qui ont testé un type spécifique de méditation et constaté l’amélioration après seulement huit semaines.

“Notre étude a montré des preuves prometteuses que les adultes atteints de troubles cognitifs légers” peuvent apprendre à pratiquer la méditation de la pleine conscience et, ce faisant, peuvent renforcer leur réserve cognitive”

Et la mode s’étant emparée du Bouddhisme, on trouve aujourd’hui sur le marché de magnifiques colliers et bracelets dits Mâlâ (ils ont tous en commun de posséder 108 perles comme expliqué ici).

Ornés de splendides perles qui ont chacune un sens spécifique, ces bijoux recelant la spiritualité accompagnent les vœux exaucés durant la méditation et facilite la concentration de l’esprit lors de cette dernière.